Informations

Que vise le projet?

En collaboration avec un large groupe de partenaires au niveau cantonal, la Fondation Stanley Thomas Johnson offre à cinquante-cinq personnes motivées l’opportunité de rattraper leur formation professionnelle initiale et de se préparer à entrer sur le marché du travail. La priorité est donnée aux personnes qui souhaitent accomplir un apprentissage. Mais il est aussi possible de viser un premier titre au niveau tertiaire B. Les personnes qui remplissent les critères d’admission peuvent saisir leur deuxième chance et poser leur candidature pour la participation au projet. Le but du projet est la prévention du risque de pauvreté lié à la formation.

> Partenaires

> Critères d’admission 

Groupes cibles

A qui s’adresse le projet ?

Le projet s’adresse aux trois principaux groupes cibles suivants :

Groupe cible 1 :

« autosuffisants », c’est-à-dire des personnes qui, jusqu’ici, se « débrouillent » financièrement seules et ne sont pas soutenues (p. ex. des femmes qui élèvent seules leurs enfants et reprennent une activité professionnelle, ou des personnes sans formation initiale qui ont toujours travaillé)

Groupe cible 2 :

personnes soutenues par des tiers (p. ex. personnes soutenues par le service social ou chômeurs soutenus par un ORP)

 

Groupe cible 3 :

personnes issues de la migration
(p. ex. réfugiés reconnus ou provisoirement admis avec le statut F)

Contenu

Pourquoi ce projet ?

Selon certaines estimations, il y a en Suisse plus de 400‘000 personnes entre 25 et 54 ans qui n’ont terminé aucune formation initiale (niveau secondaire II). La plupart de ces personnes ont interrompu leur formation. Elles risquent de plus en plus de se retrouver au chômage et de dépendre de l’aide sociale. 
 

Ces personnes représentent un immense potentiel. D’une part, ils sont des dizaines de milliers qui aimeraient rattraper leur formation, mais ne peuvent pas la financer eux-mêmes. D’autre part, de nombreuses entreprises de Suisse recherchent des employés engagés. Au lieu de recruter des travailleurs à l’étranger, il serait possible d’embaucher des personnes résidant en Suisse grâce au rattrapage des formations.

 

Le projet pilote « Deuxième chance pour une première formation » a débuté en 2016 et se trouve en très bonne voie. Parmi plus de 200 candidatures, 34 personnes ont été sélectionnées pour le programme lors du premier concours. Ces personnes ont pour la plupart commencé leur formation. 

 

> En savoir plus sur le projet pilote …  

Le deuxième concours du projet soutient un total de 50 personnes: 25 "autosuffisants" et 25 "personnes soutenues par des tiers", y compris les personnes issues de la migration. Ceux qui sont financés par la Fondation reçoivent une aide financière pour les besoins matériels de base, les coûts de formation ainsi que certaines prestations sociales. En savoir plus sur les groupes cibles et le financement …
 

> Groupes cibles

> Financement

Tous les participants au projet sont accompagnés par un coach expérimenté lors de la recherche d’une place d’apprentissage ainsi que pendant la formation. Ce dispositif doit permettre d’apporter un soutien aux participants dans la recherche d’une place, de les préparer à l’apprentissage, de leur fournir un appui pendant la formation et de les conseiller en cas de difficultés ou de problèmes. Le coaching se déroule le plus souvent en groupes. Le groupe apporte une motivation supplémentaire et favorise les échanges d’informations et d’expériences. Si nécessaire, l’employeur peut également prendre contact avec le coach.

Financement

Dans quel cadre serai-je soutenu financièrement par le projet ?

Sont sélectionnées des personnes qui ne disposent pas d’une fortune ou d’un revenu ou suffisant pour financer elles-mêmes une formation.

 

Le soutien financier de votre formation s’effectue à titre subsidiaire, ce qui signifie que la Fondation Stanley Thomas Johnson ne vous soutient que si vous ne pouvez faire financer votre formation ni dans un cadre privé, ni par des tiers (canton, commune ou autre bailleur de fonds potentiel). Les normes de la Conférence suisse des institutions d’action sociale (CSIAS) s’appliquent pour le calcul (CSIAS, édition 2016).

> CSIAS, édition 2016

Pour les personnes qui ne sont donc pas totalement soutenues par des tiers, la Fondation Stanley Thomas Johnson prend en charge les besoins matériels de base selon les normes suisses CSIAS ainsi que les coûts de formation.

> Quelle est la base de calcul ?

 
 
 

Base de calcul

Comment puis-je calculer si j’ai le droit d’être financé ?

Grâce au soutien financier de la Fondation, les besoins matériels de base des participants au projet sont couverts pendant la durée de la formation. Cette couverture comprend, au prorata le forfait pour l’entretien, les frais de location et les soins médicaux de base (CSIAS, édition 2016).

> Voir normes CSIAS

C’est également selon ces normes que la Direction de l’instruction publique du canton de Berne calcule le montant de ses bourses. Pour calculer le montant de soutien qui vous sera attribué, il faut inclure l’entier du salaire que vous gagnez pendant la formation. Que comprend le forfait pour l'entretien ?

> Forfait pour l'entretien

 

Premiers résultats du projet pilote

Quels sont les chiffres clés du projet ?

Le projet pilote « Deuxième chance pour une première formation », lancé au printemps 2016, est en bonne voie. 34 personnes ont été sélectionnées parmi plus de 200 candidatures. 16 personnes sont actuellement en formation, 4 participants ont déjà terminé leur apprentissage à l'automne 2018, 1 personne n'a pas encore trouvé de solution. La fondation continuera à s'occuper d'elle dans le but de lui trouver bientôt une place d'apprentissage. 13 personnes ont quitté le projet pour différentes raisons.

 

La plupart des participants ont opté pour un apprentissage de trois ou quatre ans, quelques-uns font un apprentissage plus court, une personne rattrape une formation tertiaire.

 

La moitié environ des personnes financées sont des citoyens suisses, l’autre moitié des participants sont au bénéfice d’une autorisation de séjour C, B ou F. Un cinquième env.des participants ont entre 25 et 30 ans, deux tiers entre 30 et 40 ans. Les autres ont plus de 40 ans.

 

Les phases 1 à 4 du projet pilote ont été évalué par la Direction de l’instruction publique.

> Voici l'évaluation (en langue allemande)

 

 

ACCUEIL           MÉDIAS            PARTENAIRES            CONTACT            DEUTSCH

facebook.png
linketing.png

> Haut de page

© Fondation Stanley Thomas Johnson        MENTIONS LÉGALES