18

Rapports

 

Rodrigo De Oliveira

Rodrigo De Oliveira Souza est né en 1986. Il habite à Berne avec sa femme et ses deux enfants. Il est originaire du Brésil et il a suivi un apprentissage de charpentier en deux ans (AFP), qu'il a terminé avec succès à l'été 2019.

1/4

 

Rapports

Du sport de combat au travail du bois

Juillet

2017

J’ai 31 ans, pourquoi commencer maintenant un apprentissage de charpentier ? Petit garçon déjà, je voulais travailler avec le bois, mon père travaillait aussi sur les chantiers, mais ma famille ne pouvait pas payer une telle formation. J’ai dû commencer à travailler et à gagner de l’argent à 13 ans. J’ai dû quitter l’école et aider ma mère à élever quatre enfants.

 

A 17 ans, j’ai commencé le sport de combat et plus tard, en tant que professionnel, j’ai gagné de l’argent dans des compétitions. Cet argent a servi à ma famille et aussi à me permettre de rattraper ma maturité à l’âge de 22 ans. J’ai fait la connaissance de ma femme, une Bernoise, en 2014. J’ai déménagé en Suisse peu après.

 

En janvier 2016, une connaissance a attiré mon attention sur le projet « 2e chance », ce qui m’a à nouveau fait penser que je pourrais envisager de commencer quand-même un apprentissage et de travailler avec le bois. Lorsque j’ai été accepté dans le projet, j’ai cherché sur Internet des places d’apprentissage dans des entreprises de bois. C’est l’entreprise Beer Holzbau AG qui m’a fait la meilleure impression et j’ai posé ma candidature pour un stage d’orientation. C’était la première entreprise à qui j’avais écrit et ils m’ont tout de suite invité à faire une semaine de stage. Quel bonheur. J’ai beaucoup aimé l’équipe, l’entreprise et l’ensemble de la semaine.

 

J’ai dû ensuite rédiger une candidature officielle avant de recevoir, en novembre, après un nouvel entretien, l’engagement définitif. Nous avons convenu que je pourrais déjà commencer dans l’entreprise en mars 2017 en tant que stagiaire. 

 

Grâce à cela, j’ai déjà pu découvrir l’entreprise, mes collègues de travail et mes tâches. De plus, j’ai suivi jusqu’en juin un cours préparatoire pour les travailleurs du bois. Nous avons ensuite décidé que je commencerais par la formation AFP avant de poursuivre pour obtenir le certificat fédéral de capacité (CFC) de charpentier.

 

Je vous raconterai bientôt la suite de l’aventure !

 

Meilleures salutations

Rodrigo

 

Nerveux? Tout à fait normal.

Août

2017

Nerveux? Tout à fait normal.

Beaucoup de gens sont nerveux lors de leur premier jour de travail. Moi pas, puisque je connaissais déjà l’entreprise. J’y travaille depuis cinq mois comme stagiaire. Durant cette période, j’ai eu la possibilité de me familiariser avec les machines, les procédures et mes collègues.

 

Mais au début du stage, c’était difficile parce qu’il y avait beaucoup de choses que je ne comprenais pas, par exemple comment s’appellent certains outils. Aujourd’hui je sais ce qu’est un tournevis à lame plate ou une clé octogonale. Aujourd’hui, je peux dire avec fierté que je sais comment on assemble des éléments en bois. Mes connaissances linguistiques et celles des outils s’améliorent de jour en jour. Et je suis très reconnaissant à mes collègues parce qu’ils m’expliquent avec une grande patience comment fonctionnent certaines choses et m’aident si j’ai des questions. 

 

Aujourd’hui, 16 août 2017, c’était mon premier jour de cours à l’école professionnelle de Berthoud. Ce début me rendait très nerveux car je ne savais pas ce qui m’attendait. Est-ce que je vais comprendre tout ce qu’ils racontent ? Dans le train en direction de Berthoud, j’ai rencontré une connaissance à qui j’ai parlé de ma nervosité. Elle m’a rassuré en me disant que c’était « tout à fait normal ». Pour finir, j’ai passé une super journée pendant laquelle j’ai pu faire connaissance de mes nouveaux camarades de classe et mes enseignants.

 

Je me réjouis de vous raconter mes prochaines expériences.

 

Je suis heureux!

Février

2019

Voilà déjà une année que j’ai commencé mon AFP de menuisier. Ce qui n’est pas si longtemps, mais j’ai l’impression d’avoir toujours travaillé avec le bois. J’aime les différents travaux. C’est incroyable tout ce qu’on peut créer avec du bois. À présent, je connais très bien les machines et les outils. Mes journées sont variées. Je trouve génial de travailler dans divers lieux. On m’attribue à chaque fois un projet déterminé pour une période déterminée. Pour l’instant, je travaille sur un chantier, c’est ce que je préfère. C’est beau de travailler dehors. Au début de chaque journée, nous avons une courte séance pendant laquelle on se communique rapidement des modifications ou autres.

 

Je suis vraiment reconnaissant d’avoir eu la chance d’apprendre le métier dont je rêvais. Oui, bien sûr, il y a aussi des moments où je suis un peu frustré que le CFC de menuisier soit encore si lointain. Mais ça n’arrive généralement que lorsque je suis un peu fatigué. Nos journées sont parfois très longues et rudes. Je commence à 7h du matin et lorsque je dois encore faire quelque chose pour l’école le soir après le travail, c’est difficile. Mais quand j’arrive à la maison et que mon fils m’accueille en riant, j’oublie tout et je suis simplement heureux. Ma famille est tout pour moi, je ne peux pas exprimer par des mots à quel point je lui suis reconnaissant pour son soutien. Ma femme et aussi mes beaux-parents sont vraiment incroyablement super.

 

Mon employeur, Beer Holzbau AG, a aussi été un coup de chance. Cette entreprise familiale emploie une soixantaine de collaborateurs, qui m’ont accueilli très aimablement. J’apprécie les contacts amicaux que nous entretenons. On s’aide mutuellement ; mes supérieurs sont aussi sympathiques et prêts à aider. On nous encourage et on apprécie notre créativité. Un futur menuisier de notre entreprise vient d’être classé premier aux Swiss Skills. Je suis très heureux pour lui. Il a vraiment du talent.

 

Je vous tiendrai au courant de ce qui va se passer pour moi.

 

Rodrigo

 
 

ACCUEIL           MÉDIAS            PARTENAIRES            CONTACT            DEUTSCH

facebook.png
linketing.png

> Haut de page

© Fondation Stanley Thomas Johnson        MENTIONS LÉGALES