18

Rapports

 

Rodrique Tokognon

...

Rodrigue Tokognon est né en 1978 au Togo, où il a suivi l’école primaire et secondaire. Il a ensuite obtenu un diplôme d’informaticien hardware / software après une formation de cinq ans et a travaillé deux ans dans cette profession, avant de venir en Suisse. Depuis août 2017, Rodrigue Tokognon fait un apprentissage de commerce selon l’art. 32 OFPr.

1/2

 

Rapports

Je suis venu en Suisse en 2005. Je voulais d’abord apprendre l’allemand, j’ai donc suivi un cours d’allemand une fois par semaine, pendant une année. J’ai participé ensuite à plusieurs formations continues, comme « Administration – Supporter réseau » à l’Ecole-Club Migros. Et à l’Ecole d’Arts Visuels Berne et Bienne, j’ai suivi et réussi le cours de base « Création audiovisuelle avec vidéo ». J’ai appris également beaucoup de choses en autodidacte.

 

Je n’ai pas seulement appris, mais aussi enseigné : j’ai notamment créé et donné un cours en informatique. J’ai également tourné quelques films documentaires, p. ex. les films « CheReMio » et « Die Kulisse meines Lebens », qui ont été présentés au « Shnit International Shortfilmfestival Bern ». J’ai aussi produit différents films pédagogiques et publicitaires.

 

Je travaille maintenant dans l’administration car ma formation en informatique n’est pas reconnue en Suisse. Il est difficile de trouver un emploi ici sans diplôme. Mais je me dis : tout peut encore changer. Et je suis malgré tout satisfait de mon travail car les situations sont chaque jour différentes. Je travaille avec des gens qui ont de bonnes perspectives en Suisse, mais aussi de mauvaises. Et qui doivent aussi trouver leur voie.

 

Je suis étranger en Suisse, et il est important pour moi d’avoir une solide formation de base. La Fondation Stanley Thomas Johnson m’a maintenant donné l’opportunité de rattraper une formation dans le cadre du projet pilote « 2e chance pour une 1re formation ».

 

J’ai opté pour une formation commerciale. Pourquoi commerciale ? Pourquoi pas en informatique ? Oui, l’informatique aurait été plus simple pour moi, mais je n’ai trouvé aucune place. Pour un adulte, il n’est possible de suivre une formation que si l’on a travaillé dans ce domaine pendant au moins cinq ans et que l’on dispose d’une expérience correspondante.

 

Ma formation commerciale commencera probablement en août 2017. Je me réjouis beaucoup et je ne sais pas ce qui m’attends. Je vous raconterai volontiers la suite.

C’est difficile de trouver un job sans une formation reconnue

Août

2017

J'ai entendu cette phrase dans une publicité télévisée il y a quelques jours. Il y avait un homme âgé qui dansait dans son nouvel appartement, qui est finalement sorti et a rencontré un jeune homme avec qui il a continué à danser avec joie.  Un nouvel appartement dans un nouvel environnement peut mener à une nouvelle rencontre - peu importe notre âge et où nous nous trouvons. Je sais que tout le monde ne fait pas confiance à la nouveauté. C'est pourquoi vous ratez parfois l'occasion d'essayer quelque chose de nouveau et de profiter de quelque chose de nouveau. Dans ce cas-ci, je parle de la formation.

 

Les enseignants recommandent également : répéter, répéter, répéter. Même si je suis fort dans un domaine, la répétition m'aide à démontrer la vitesse suffisante pour résoudre mon problème.

 

Dans le cadre d'une entreprise de formation, il joue un rôle, s'il s'agit d'une formation initiale ou d'un rattrapage sur la base de l'art. 32 OFPr. Dans le cas de la formation initiale, il est « normal » que les autres personnes de l'entreprise vous perçoivent comme un apprenti. Mais dans l'autre cas, il faut résister à l'estampillage « arpète », car ici c'est quelqu'un qui travaille déjà en tant que professionnel.

 

Pendant un, deux ou trois ans, nous sommes dans le même bateau. Nous sommes tous en formation. C'est un défi quand on n'est plus jeune. Ce n'est pas facile, je le sais, au début c'était difficile pour nous tous, même très difficile. Un proverbe dit : « Tous les débuts sont difficiles ». Néanmoins : « Il y a une opportunité dans le neuf ». Ces mots encouragent énormément à oser de nouvelles choses, à les essayer, peut-être à les rejeter et à acquérir de nouvelles connaissances. « Etre en vie » signifie être sur la route et y rester. Le but vient plus tard. Le processus du nouveau est le plus important.

 

Un proverbe dit : « Quand une porte se ferme, une autre s’ouvre ». Il faut de la détermination pour faire confiance à la nouveauté sans pouvoir s'assurer pour toujours. Oui, c'est difficile pour nous, car nous avons l'habitude de tout voir à notre avantage et de tout assurer. C'est pourquoi toutes les réformes ont toujours eu tant de vents contraires. Continuons à nous laisser porter par le vent du neuf. Quel que soit notre âge ou d'où que nous venions.

 

Pour les examens, il vaut la peine de commencer assez tôt avec la préparation. A titre d'exemple, on peut prendre la solution des tests en série. Cela m'aide à voir où j'ai encore des lacunes. Afin de combler les lacunes identifiées, j'ai besoin d'aide (également en temps utile). Si quelque chose ne va pas avec un examen oral, je dois être mentalement prêt à prendre des mesures correctives immédiatement (« métacommunication ») ou à rédiger une plainte peu de temps après l'échec prévu à l'examen (quand l'expert et le candidat se souviennent encore des détails). De cette façon, nous pouvons tous atteindre notre objectif. Parce que : « Il y a toujours une opportunité dans le neuf ».

Il y a toujours une chance dans le neuf

 
 

ACCUEIL           MÉDIAS            PARTENAIRES            CONTACT            DEUTSCH

facebook.png
linketing.png

> Haut de page

© Fondation Stanley Thomas Johnson        MENTIONS LÉGALES